Publié le 9 Avril 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le silence au moment où la mer se retir
ouvre l’espace aux mots figés sous le masque
d’une absence aux tonalités mélancoliques

là, se risque le voyage, où que l’on soit, la grâce.

*

Sur une frange incertaine, les vagues de plus en plus courtes,
me poussent, malgré moi, jusqu’à l’échouage.

L’escale est inévitable.

*

Quand mon cœur un instant s’attarde
aux lèvres d’une espérance
qui consent aux sourires
il se couche dans les brisants
qu’aucune côte ne décourage
et chaque îlot devient jardin
que ma main fauve apprivoise

.
Carmen P.

(photo : Amélie Satzger)

 

Voir les commentaires

Rédigé par Carmen Atonati

Publié dans #Poésie

Repost 0

Publié le 11 Février 2017

 

 

 

 

 

 

 

Certains souvenirs s'effacent
ils retournent à l'état sauvage
celui qui précède la conscience

Rejoignant le non créé
ils s'ébattent, inoffensifs
dans un jardin d'enfant
en attendant leur heure


Un jour l'élan les poussera
les projetant sur l'écran du vivant
et s'ils jouent sans fausse note
ils grandiront dans nos coeurs
comme fleurs en jardin d'Éden

Filez pompon les carillons les mémoires sont ouvertes
Filez pompon les carillons les mémoires sont fermées
au spleen !

 

.

Illustration : Katarina Ali

Mise en musique de Michel Bonnassies, que je partagerai prochainement

 

Voir les commentaires

Rédigé par Carmen Atonati

Repost 0

Publié le 27 Janvier 2017

 

Il tombe des fleurs sur ma solitude
l'invisible nous couvre du plaid
de ce que nous appelons
alors il pleut des fleurs
autour de moi...
elles suffisent à mon bonheur
je suivrai la route des marguerites
pareille au sillage du voilier des rêves
jusqu'à ce que le jour et la nuit consonguent
le tintement des coquillages
au bruissement ouaté
d'un tapis floral
la terre est un paradis
où s'éternise l'instant
que la brume dissipe
révélant ensuite
un autre instant
à courir d'espoir

.
Carmen P.

(illustration : Jimmy Lawlor)

    Voir les commentaires

    Rédigé par Carmen Atonati

    Publié dans #Poésie

    Repost 0

    Publié le 8 Janvier 2017

     

    C'est l'enfance qu'on protège

    dans l'éclat de sa confiance

    C'est l'enfance en mille états

    de rire, bien venue, en plein vivant

    C'est une promesse de fête toujours à soumettre

    à la main verte des jardiniers terrestres

     

    .

    Carmen P.

    Voir les commentaires

    Rédigé par Carmen Atonati

    Publié dans #poésie

    Repost 0

    Publié le 22 Novembre 2016

    En suivant le lien, vous pourrez lire une critique de mon dernier recueil "Si l'âme oiselle la mère veilleuse, poétise". Cette note a été écrite par Annie Muse qui tient le blog littéraire "L'Ecritoire des Muses"

    Si vous êtes amateur de poésie et si vous appréciez mes mots vous pouvez me contacter et je me ferai une joie de vous adresser le recueil. 

    Son prix : 14€ + 2,80€ de frais d'envoi

     

    http://lecritoiredesmuses.hautetfort.com/archive/2016/11/21/si-l-ame-oiselle-la-mere-veilleuse-poetise-5877750.html

     

    Voir les commentaires

    Rédigé par Carmen Atonati

    Publié dans #poésie

    Repost 0

    Publié le 9 Septembre 2016

    Si l'âme oiselle...

    Voici mon nouveau recueil de poésie. Il est en cours d'impression...

    Je partage avec vous la première et la quatrième de couverture.

    Si l'âme oiselle...

    Voir les commentaires

    Rédigé par Carmen Atonati

    Publié dans #poésie

    Repost 0

    Publié le 22 Juillet 2016

    L'homme qui marche

    .

    L’homme qui marche avance sans pencher
    — s’il penche ce n’est qu’illusion —
    Il côtoie toutes les solitudes
    et connaît la force du vacillement
    Quelque chose en l...ui, pourtant,
    se maintient immobile
    non pas face au monde
    mais au cœur de celui-ci.

    .

    À chaque instant
    dans le détachement au passé
    et dans l’ignorance de l’après
    la conscience vive pose
    son pas sur la marche à ravir
    — une constante en dent de scie —
    où chaque palier résonne juste
    où la joie demeure jusque dans l’épreuve
    elle intime l’harmonie
    et s’abreuve au rythme du souffle
    elle équilibre la présence
    au parfait élancement
    de notre enfance sur terre.

    .
    Carmen P.

    .

    illustration : Van Gogh, Pollard Willow, 1882

    Voir les commentaires

    Rédigé par Carmen Atonati

    Publié dans #poésie

    Repost 0

    Publié le 19 Mai 2016

    Nuages en Bretagne

    .

    La lumière est là
    que de sombres nuages pressent
    à réveiller la Terre

    .

    Carmen P.

    .

    (photo : Jean-François Michelet)

    Voir les commentaires

    Rédigé par Carmen Atonati

    Repost 0

    Publié le 19 Mai 2016

     

     

     

    .

     

    --------------Un pincement et le son ondule

     

    la ligne

    ________ Une caresse et la peau frissonne

     

    sensitive

    --------------Un jaillissement et la grisaille rutile

     

    de l'eau

    --------------Une giboulée et l'âme des mots

     

    ricoche

     

    sous la bise d'une note mélancolique

     

    .

    --------------que la souffle vital transporte

    .

    ¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨expire.....................

     

    .

    Carmen P.

     

     

     

     

    Voir les commentaires

    Rédigé par Carmen Atonati

    Publié dans #poésie

    Repost 0

    Publié le 10 Mai 2016

    Sève
    (photo Bodvaël Pennarun non libre de droit)

    .

    La saison froide confond l’arbre

    mort et celui dont la sève dort

    mais au moment de l’éclatement

    quand les frondaisons clament

    la renaissance verte

    portant en bandoulière

    leur présage de douceur

    tout du long des rameaux

    où les larmes en suspension

    des chatons gouttent au poids de la vie

    les corps que la souplesse abandonne

    laissent s’évaporer le bouquet

    de leur essence . Ne demeure

    que la persistance de leur nudité

    .

    Carmen P.

    Voir les commentaires

    Rédigé par Carmen Atonati

    Publié dans #Poésie

    Repost 0