Printemps et gogyohka

Publié le 11 Avril 2014

Printemps et gogyohka

(installation végétale à Chavagne, réalisée dans le cadre du Printemps des Arts par Jean-Michel Darras et Olivier Grolleau)

.

On dit que la colère explose
Je ne lui vois qu'effondrement
La joie est de nature toute autre
De la foudre elle est l'éclair
Je laisse le tonnerre se taire

.

La cabane aux fleurs n'a ni portes ni fenêtres
Entre, pression explosive de la joie !
Une circulation de bonheur

.

Par moments il me reste de la pudeur
Mon corps avec les années s’assume
Le physique n’engage plus ses attraits
Libre sans souffrir d’être objet de désir
Naturelle je suis présence à la maturité
.
.
.
Un épanouissement

.

Carmen P.

Rédigé par Carmen Atonati

Publié dans #poésie

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

gael loaec 29/06/2014 11:27

petit coucou Carmen
pour te dire que j'aime tes mots, de te lire...et puis la photo est originale là aussi ! bisous et super dimanche à toi

Carmen Atonati 05/07/2014 13:13

Bonjour gael. Merci de passer me lire. Quand je me promène, maintenant, j'imagine dans le décor des cabanes comme celle-ci. Bon week-end, Gaël !

EvaJoe 23/04/2014 01:32

Il suffit parfois d'un regard posé sur une photo, une fleur, une montagne ou une oeuvre d'art comme cette cabane et nos esprits de poètes s’enflamment et les mots nous viennent tout naturellement et c'est avec beaucoup de joie que je les découvre et en effet je les ressens pleinement.

Tu as raison de faire vivre tes deux blogs, en plus je vois que ta plume court pas mal ces temps-ci et je ne suis qu'admirative.
J'ai pris du retard, mais je viens te lire, puis après je reviendrais commenter, car chez toi j'aime approfondir tes mots.

Belle et douce nuit et un bisou d'Eva pour toi

Carmen Atonati 05/07/2014 13:11

Je suis passée sur ton blog mais je ne t'ai pas répondu ici. Oui, il faut peu de choses pour que l'inspiration prête ses mots aux instants de vie !
Pas trop présente sur mes blogs, pour les échanges, en ce moment, mais ce n'est que ralentissement provisoire. Sur l'un ou l'autre blog, néanmoins je poste des écrits pour ceux qui aiment me lire. Bonnes vacances EvaJoe !

dimdamdom59 21/04/2014 22:44

Très belle interprétation sur l'illustration de cette cabane que j'ai vue sur ton autre blog!!!
De jolis mots comme toujours!!!
Bisous et bonne soirée.
Domi.

Carmen Atonati 22/04/2014 23:13

Un rien. Une cabane et l'imagination s'enflamme !

Nathanaël 18/04/2014 11:55

Il est des colères saines, mais pour combien de " mauvaises colères ".
Par contre je ne connais pas de" mauvaises joies " !
Comme tu le dis la joie est circulation de bonheur, elle est contagieuse et elle fait un bien fou.
Merci du sourire de tes quelques mots offerts en ce matin où justement la colère me ronge, tu es mon premier sourire.
Bonjour Carmen.

Carmen Atonati 18/04/2014 14:57

La colère, si on l'interroge, nous permet de savoir ce dont nous ne voulons vraiment plus, ce qui doit être réexaminé dans notre vie. Elle est constructive si on ne la retourne pas contre autrui, si on n'en sert avec lucidité et détermination. Elle est un peu en moi ces jours-ci... j'espère que je saurai l'utiliser, sinon, elle reviendra pour les mêmes raisons. Bon week-end, Nathanaël.

Florence 16/04/2014 09:12

Florence - Testé pour vous
Bonjour...ou plutôt re bonjour
Je préfère et de loin, très loin, l'explosion de joie à l'explosion de colère. La cabane sent la joie, la bonne humeur. Bravo pour tes mots qui illustrent parfaitement l'oeuvre...à très bientôt et encore bravo

Carmen Atonati 16/04/2014 19:59

Moi de même, Florence. L'énergie, j'apprécie ses démonstrations quand elles sont douces et sûres... on ne peut renier l'énergie que contient la colère, mais il vaut mieux qu'elle soit transmuée, ainsi elle ne risque pas de faire des ravages autour du coléreux et en lui. Les artistes ont réalisé quelque chose de sympa pour et avec les enfants. Bien sûr ce n'est pas spectaculaire, mais je pense que dans l'esprit des enfants l'impact lui restera d'importance. Avec le soleil, la lumière en passant au travers des fleurs, comme au travers d'un vitrail, dessinait dans la cabane des tracés de couleur.

PARADISALIA 14/04/2014 15:05

La vie est saupoudrée de plus de douceur lorsque les années se sont installées, comme une fleur, elle s'ouvre et déploie tous ses attraits pour apprécier chaque moment donné...Bises Erin et belle journée sous une soleil magnifique...

Carmen Atonati 15/04/2014 00:44

J'aime la paix que les années apportent. L'expérience de la vie nous permet de forger notre propre philosophie de l'existence, de mieux comprendre l'humain et d'apprécier la compagnie de la nature (mais la poésie le dit bien mieux que ces mots). Merci de ton passage ici, Paradisalia.

clara65 13/04/2014 07:22

Bonjour Carmen,
Déjà, la cabane est magnifique. J'aurais aimé qu'elle s'appelle "nouveau monde" au lieu de "new world". Pourquoi toujours utiliser l'anglais partout ? et notre belle langue alors ?
Toi, tu l'utilises fort bien dans ton beau poème.
Avec l'âge, on s'assagit, on est moins impulsive, on réfléchit plus avant de parler, même si la colère est toujours là.
Pour le corps, quand on vieillit, je trouve personnellement que c'est dur d'assumer par moments. Et à d'autres, je me dis que j'ai de la chance d'être là, en bonne santé, au milieu des miens.
Félicitations en tous cas pour ton écrit et très bon dimanche.

Carmen Atonati 15/04/2014 00:36

Je sais, clara. Cela ne me gêne pas personnellement... du fait de mes liens, familiaux, avec l'Amérique, mais cela ne m'empêche pas, non plus, d'aimer la langue de Molière, puisque je vis ici. Il m'arrive de glisser des mots en anglais dans mes poèmes ou dans mes nouvelles... c'est une petite liberté que je m'accorde (et qui a du sens dans ma vie).
Accepter les années n'est pas toujours facile, mais toutes les étapes de la vie, quand on a la chance de pouvoir les vivre, ont quelque chose à nous dévoiler. Bonne semaine, Clara.

Alain Lasverne 12/04/2014 21:25

La paix, la sérénité, que demande le peuple...

Carmen Atonati 15/04/2014 00:28

On essaie et ce n'est pas le plus facile à concilier avec la lucidité.
Bonjour ici, Alain.

Louv' 12/04/2014 19:02

Et vient le temps de la plénitude, toute de subtilités confondues. Comme un jardin qui aurait subi les affres des saisons et s'ouvre enfin dans sa beauté rayonnante, offerte sans condition.

Carmen Atonati 15/04/2014 00:26

Je pense que la vie est épanouissement et va toujours vers plus d'amour.
Bonne semaine, Louv'.

Jonas D 12/04/2014 11:37

S'instruire de la colère pour mieux la défier, puis la combattre par l'arme absolue qu'est l'expérience d'une vie. Et cette expérience, cette patine sur notre peau, ressemble peut-être à une cabane de fleurs parée où le bonheur est invité à circuler. Merci Carmen pour la belle musique de ton texte et pour ce chant d'espoir.
Jonas

Carmen Atonati 12/04/2014 13:17

La colère est une énergie que nous avons tout intérêt à convertir... tant de choses m'ont mise en colère, une colère que je n'extériorisais pas et qui aurait pu me détruire. En cette période de montée de sève, nos actions, nos vies sont à considérer dans ce mouvement, et tous les âges y participent. Merci de m'avoir lue, Jonas.