Amphi-rémanence

Publié le 21 Mars 2015

Amphi-rémanence

.

Une voix venue du passé
une image lointaine qui ajuste son corsage
la fraîcheur d'une tonalité depuis longtemps fanée

Ça remue l’enfance
et ses blessures d’abandon
quand vivre était partir - un point de non retour
au risque d’en oublier les amis de toujours

Ça remue la relation
à l’enfant à venir
pas encore né et déjà si lointain
la grâce pose un voile sur l'âme recluse

Ça remue...
comme une tendresse pliée en détresse
dans un coin de la maison vide
où crucifié au silence palpite l’amour

La fleur a donné son pôle aime
et garde pour elle – sa seule beauté
une présence discrètement parfumée
qui intrigue mais ne retient plus personne

..
Carmen P.

Rédigé par Carmen Atonati

Publié dans #poésie

Repost 0
Commenter cet article

corinne56 27/07/2015 11:51

Cette fleur nous offre une belle présence. Lorsque nous somme proches de la nature nous pouvons apprécier toute forme de vie sensible et nous ressourcer. Faut-il encore qu'elle soit respectée. Les astres nous transmettent la conscience des êtres invisibles et les fleurs le parfum de la terre. Bisous.

Carmen Atonati 27/07/2015 19:14

Sensibilité terrestre, sensibilité spirituelle, les deux doivent s'allier pour notre plus grand bonheur, ici déjà ! Merci Corinne pour ton passage sur overblog où mes poèmes s'ennuyaient un peu :) !

Jonas D. 22/05/2015 10:22

Tant de choses dans une fleur finalement. Hier j'ai discuté avec coquelicot. Il m'a surpris par sa connaissance de nous autres, austères humains, trempés des maladies de l'âme. On devrait contempler et écouter plus souvent les fleurs. Joli poème Carmen. Jonas

Carmen Atonati 28/05/2015 00:11

Je vais, en poésie, des fleurs à l'âme et je les confonds parfois. La nature est notre meilleure alliée ! Merci pour ton passage, Jonas D.

Aloysia 07/04/2015 19:27

Ton poème m'émeut toujours autant...

Carmen Atonati 07/04/2015 23:11

Merci Aloysia. Je suis loin de publier tout ce que j'écris car j'ai du mal à suivre (répondre aux commentaires, lire les écrits des amis - qui m'intéressent pourtant !)

Aloysia 21/03/2015 21:54

On ne te voit plus souvent, Carmen ! Et là, c'est vraiment un très beau poème que tu nous offres... merci d'être venue me rendre visite. Je vais lire le précédent.