Le poète

Publié le 31 Mars 2016

Wilson Tan

Wilson Tan

.

Le poète avance indigent

deux colombes le guident

l'une est amour pensant

l'autre est nature personnifiée

elles suivent la voie de l'air

- inattentives au ruisseau

vers lequel migre l'infortuné -

un ange viendra-t-il le secourir ?

.

Carmen P.

Rédigé par Carmen Atonati

Publié dans #poésie

Repost 0
Commenter cet article

Corinne 56 27/04/2016 08:55

Lorsque le poète s'égare, est-il réellement perdu ? Il se raccroche à sa passion. Merci pour lui Carmen. Bises amicales.

Carmen Atonati 18/05/2016 10:34

La poésie est tellement subtilement prégnante que (à mon avis) il est humainement nécessaire de faire des pauses. S'ensommeiller est préférable à l'égarement. Jardiner, marcher... est une bonne alternative à l'écriture (ce qui n'empêche pas de prendre des notes, sans plonger au coeur des sensations et des mots).

Cardamone 14/04/2016 17:06

Oui!

Carmen Atonati 18/05/2016 10:41

Bonjour Cardamone. Je n'oublie pas la poésie mais je ralentis parfois (devenant un simple observateur) et... elle revient de plus belle ensuite !