Filez pompon les carillons

Publié le 11 Février 2017

 

 

 

 

 

 

 

Certains souvenirs s'effacent
ils retournent à l'état sauvage
celui qui précède la conscience

Rejoignant le non créé
ils s'ébattent, inoffensifs
dans un jardin d'enfant
en attendant leur heure


Un jour l'élan les poussera
les projetant sur l'écran du vivant
et s'ils jouent sans fausse note
ils grandiront dans nos coeurs
comme fleurs en jardin d'Éden

Filez pompon les carillons les mémoires sont ouvertes
Filez pompon les carillons les mémoires sont fermées
au spleen !

 

.

Illustration : Katarina Ali

Mise en musique de Michel Bonnassies, que je partagerai prochainement

 

Rédigé par Carmen Atonati

Repost 0
Commenter cet article

Martine 22/04/2017 06:31

Je me souviens de cette comptine lorsque c'était l'heure de la récré.

"Passez pompons les carillons
Les portes sont ouvertes
Passez pompons les carillons
Les portes sont fermées
AAAAAAAAAAAAAAAAAA clefs!"

J'aime ton poème qui nous entraine si loin...
La mémoire, un bien si précieux.
Merci Carmen
;)

Carmen Atonati 12/06/2017 18:22

Eh oui, je m'en suis souvenu aussi.... c'est un détournement de comptine ! :)

Jean-Pierre Tondini 02/03/2017 12:27

Idéaliser la mémoire est un des remparts contre les abysses de la mélancolie. Tu l'écris très joliment et l'illustration est à l'avenant.

Carmen Atonati 09/04/2017 23:07

Michel Bonnassies a mis ce texte en musique et je découvre mes mots prenant une autre dimension.
Il y a tout un travail à faire sur la mémoire... c'est ce que je me dis quand je la vois fuir chez des personnes que j'aime... et je me dis (peut-être naïvement) qu'en y insufflant de l'amour nous ne nous trahirions pas.