L'escale inévitable

Publié le 9 Avril 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le silence au moment où la mer se retire
ouvre l’espace aux mots figés sous le masque
d’une absence aux tonalités mélancoliques

là, se risque le voyage, où que l’on soit, la grâce.

*

Sur une frange incertaine, les vagues de plus en plus courtes,
me poussent, malgré moi, jusqu’à l’échouage.

L’escale est inévitable.

*

Quand mon cœur un instant s’attarde
aux lèvres d’une espérance
qui consent aux sourires
il se couche dans les brisants
qu’aucune côte ne décourage
et chaque îlot devient jardin
que ma main fauve apprivoise

.
Carmen P.

(photo : Amélie Satzger)

 

Rédigé par Carmen Atonati

Publié dans #Poésie

Repost 0
Commenter cet article

rivagedazur 12/06/2017 16:13

ce chemin d'espérances...
que prennent mes voyages.
vers l'ile de la tendresse..

Une belle escale sur ce beau poème..comme un rivage..

Carmen Atonati 12/06/2017 18:09

Trois instants poétiques pour une escale...
Merci de les avoir lus, rivagedazur.

Martine 22/04/2017 06:24

Bonjour Carmen,

Cette plage me fait rêver...

Au franges du Temps imparfait
La vague roule et déroule
Sans fin
Inlassable
Ses mots turquoises
Ses soupirs bleu-nuit
Ses rires bronzés à tous les vents
.
Aux franges d'un instant parfait
Bulle soyeuse
Ma pensée s'évapore
Dans la lumière...
.
Bise amicale
;)
;)

Carmen Atonati 12/06/2017 18:26

Merci pour ces mots en retour, Martine.
J'ai laissé un peu dormir mon blog... une escale prolongée où je me suis consacrée à la famille.

Maryline 12/04/2017 10:54

Quel joli poème, tu manies bien les mots. Il est bien associé à la photo, qui pourrait devenir un tableau. Les arts se mélangent...

Carmen Atonati 13/04/2017 00:13

Oui, les arts se répondent. Merci pour ta lecture, Maryline.
Ce sont trois courts poèmes écrits spécialement pour un concours dont le thème était amour et voyage.