Pensée

Publié le 3 Juillet 2017

 

 
 
Ne jamais baisser les bras, même si momentanément nous perdons les intérêts de certaines de nos actions. Le capital bonheur reste intact, son fond demeure inviolable.
 
Il ne nous échoit que le pouvoir d’accueillir les frustrations, de respecter les contre temps, de les reconnaître comme intrinsèquement reliés à la vie que la matière façonne à son rythme, tout en couinant , regimbant, toussotant, comme un moteur qu’on aurait négligé d’entretenir.
 
Ne soyons pas déboussolé pour autant et prêtons-nous à l’embourbement, le temps d’une pause, laissons surgir de la glaise de nos ennuis l’éclair d’un réajustement mental.
 
Abandonnons-nous aux vents, risquons-nous à la navigation sans boussole, dans l’ignorance des courants qui nous emmènent mourir vers une crique ou nous condamnent à l'échouage sur les écueils (l’inverse est possible). Baissons la garde et posons notre confiance en équilibre sur les béquilles, dussent-elles n’être que les pailles que nous voyons dans les regards qui nous accompagnent…
 
La prégnance du péril peut changer le cap de l’humeur des jours.
 
.
C.P.
photo : Mathilde Guiho

 

Rédigé par Carmen Atonati

Publié dans #Pensée

Repost 0
Commenter cet article

rivagedazur 05/07/2017 12:39

apprendre à dessiner sans voir..écouter sans connaitre...pour supposer des traits ..lumière sortant de l'ombre..et etre sincère avec ce qu'il y a de meilleur en soi.
apprendre à dessiner sans voir..écouter sans connaitre...pour supposer des traits ..lumière sortant de l'ombre..et etre sincère avec ce qu'il y a de meilleur en soi..
espérer en nos rêves,en nos désirs et voyager sur le parcours de notre vie..
Admirable pensée..

Carmen Atonati 06/07/2017 16:50

Il arrive que mes textes soient plus des pensées que de la poésie (pensées jamais vraiment éloignées de la poésie, cependant). Le plus souvent le Tao m'inspire, à moins que ce soit la vie, observée. Ecrire, dans ce dernier cas, me permet d'éclaircir ma pensée. Merci d'être passé sur over-blog, rivagedazur !