Articles avec #articles tag

Publié le 11 Juin 2017

 

Chez Mattijn Franssen, l'homme semble lié au chat et les paysages qu'ensemble ils traversent n'ont de rassurant que la présence de l'animal. L'homme avance en équilibre fragile, le chat à ses côtés le guide, parfois, l'attend, souvent.... et s'il fallait déplacer des montagnes, l'être humain, tel Sisyphe, assumerait sa tâche ; il porterait la roche sur ses épaules avec le chat, perché, par-dessus. Dans aucune de ses entreprises il n'oublierait le chat, ce compagnon que l'obscurité n'effraie pas, ce compagnon d'exigence que son instinct guide vers plus de liberté. On n'adopte pas un chat, c'est lui qui nous adopte et avec beaucoup de patience il tente de nous éduquer... Il assiste à nos égarements, il nous voit brasser de l'air, nous agiter... pendant ce temps il occupe ses moments d'éternité en se léchant scrupuleusement, à moins qu'il ne laisse les rayons du soleil explorer sa fourrure.... Le chat est énergie pure, il absorbe nos zones d'ombre et quand la lumière en nous ne se heurte plus aux volets, fermés, il saute par la fenêtre en quête d'homme nouveau, à féliniser.

 

Carmen P;

photo : Mattijn Franssen

Voir les commentaires

Rédigé par Carmen Atonati

Publié dans #Articles

Repost 0

Publié le 6 Octobre 2014

Une nouvelle chronique sur Rose Garden

Cette chronique a été écrite par Chris Lilac que je remercie.

Vous pouvez la lire sur son site :

http://lilacgrace.wordpress.com/2014/10/04/rose-garden-carmen-pennarun/

Sinon, voici le copié-collé de cette critique :

L’HISTOIRE

Carmen Pennarun vit en Bretagne, elle sait capter la saveur d’instants magiques qu’elle traduit en poésie ou en histoires, aussi délicates que troublantes.
Avec Rose Garden elle s’adresse aux lecteurs adultes en sept nouvelles qui, de Boston à Brocéliande, en passant par la Normandie, les emmènent dans un univers aux frontières du fantastique.
Tous ces signes qui jalonnent l’existence et auxquels les « anciens » étaient attentifs, « sommes-nous encore prêts à les entendre ? », interroge-t-elle.
De cette écoute, de cette faculté à nous laisser surprendre dans un monde où le progrès, souvent, nous dépasse, où la jeunesse se cherche, peut dépendre la courbe d’une vie, quand on permet au merveilleux de s’y glisser.

MON RESSENTI

Un recueil de nouvelles très surprenant car on passe d’un univers bucolique à un univers fantastique, d’un paysage de Bretagne à un paysage américain. J’ai aimé me plonger dans les multiples univers, découvrir les ambiances propres à chacun.

L’auteur a une écriture fluide et poétique à laquelle j’ai vraiment adhéré.

Lire Rose Garden c’est l’assurance d’un bon moment de lecture bien loin des tourments de ce monde qui ne tourne plus très rond depuis quelques temps, c’est aussi l’assurance de lire des textes de qualité et de ne pas s’ennuyer. J’ai aimé la poésie avant chaque nouvelle, posée là comme un préambule à la nouvelle.

Les différents personnages sont tous attachants à leur manière et j’ai éprouvé beaucoup de sympathie pour certains d’entre eux. J’ai voyagé et j’ai même pu sentir les embruns de la Bretagne chère à l’auteur.

Je suis sortie de cette lecture calme, posée et le sourire aux lèvres. Un bol d’air frais nécessaire et salutaire, un livre qui mérite d’être connu.

VERDICT

Offrez-le vous ferez des heureux et offrez-le vous parce que vous le méritez… A conseiller aux amoureux de poésie et d’évasion.

Voir les commentaires

Rédigé par Carmen Atonati

Publié dans #Articles

Repost 0

Publié le 14 Septembre 2014

Un amour de la mer / Amor do Mar

La préface du futur recueil de poésie de Christian Leray, un ami.

http://christianleray.over-blog.com/article-muse-poetique-bresilienne-musa-brasileira-no-dia-mundial-da-poesia-21-de-mar-o-123038600.html

Peu d'inspiration en ce moment alors écrire pour les amis est un bon exercice qui me permet de structurer mes idées et de ne pas rester seule face à la page blanche.

Voici la préface de " Un amour de la mer / Amor do Mar "

« Ton poème a le souffle du haïku*! » dit un jour un poète japonais à Christian Leray lors d’une conférence qu’il donnait au Japon sur les récits de vie.

Il y parlait de sa terre natale, en Brocéliande.

Brocéliande, c’est un silence

Que le soleil du matin

Illumine de milliers d’étoiles.

La revue poétique À l’index – espace d’écrits (2013, p. 19) a choisi récemment un poème de l’auteur, ce poème se rapproche des critères du haïku, il comporte des lettres supplémentaires et devient de ce fait un ji- amari. Le voici :

Bouquet de jonquilles

Rayon de soleil dans tes yeux

Prémices du printemps.

Loin des jonquilles et de Brocéliande, c’est une autre aventure professionnelle et humaine qui a entretenu ce souffle dans la pensée poétique de Christian. Il a suffi d’un voyage, il a suffi de la baie de Rio vue du ciel et le cœur-circaète a plongé en piqué.

L’infini dans l’azur d’un regard s’est laissé surprendre et depuis le bleu inonde la vie, ricoche de pensée en haïku, devient flux et semble participer à une perpétuelle naissance poétique.

Le poème simplifie le destin, il résout une équation où le bleu, cette inconnue, devient vérité. Chaque haïku est à l’instant où il s’écrit une perle de beauté offerte au chapelet du temps qui égrène ses mots dans la mémoire-komboloï**, oublieuse des grains d’ombre.

Ces poèmes-haïkus / poemas-haicais ont d’abord été pensés et écrits en portugais du Brésil, puis traduits par l’auteur lui-même en Français. Ces deux langues s’interpellent et nous renvoient une image en écho :

un Amour de la mer – BrésilBretagne / Amor do Mar – BrasilBreizh.

Cet écho tel une onde de lumière aux reflets moirés vibre à la surface de l’océan et rassemble deux accords tourterelles sur la pupille d’une île au-dessus de laquelle s’impliquent des nébuleuses.

On ne se détache de cette île qu’au son des barques pleines animées d’un mouvement de haïku, trois vers où l’exil chante sa présence au rythme de la symbolique des saisons et libère une promesse : « Je reviens et c’est maintenant. Je reviens et c’est encore maintenant. »

Carmen Pennarun

*Le haïku est un court poème d’origine japonaise qui comporte trois « mouvements », chacun ayant un nombre de syllabes bien déterminé : cinq pour le premier, sept pour le deuxième et cinq pour le dernier (5-7-5). Kyoshi TAKAHAMA, une figure majeure dans le développement du haïku littéraire au Japon a défini le haïku comme « une expression spontanée de la vie à travers les quatre saisons ».

**Komboloï : (orig. grecque) Sorte de chapelet orthodoxe avec des perles.

Un amour de la mer / Amor do Mar

Voir les commentaires

Rédigé par Carmen Atonati

Publié dans #Articles

Repost 0

Publié le 19 Juin 2013

Des photos de ma dernière expo (le week-end dernier) :

 

IMG_1029.JPG

 

 

 

IMG_0988.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par Carmen Atonati

Publié dans #Articles

Repost 0

Publié le 29 Mai 2013

Le Salon des Arts de Guichen s'est tenu du 17 au 26 mai. J'y participe depuis plusieurs années. Je montre mes créations qui évoluent au fil des salons.

 

 Mon univers :

 

IMG_0777---Copie.JPG

 

 IMG_0897.JPGEn attendant les visiteurs, lecture !

 

IMG_0895.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par Carmen Atonati

Publié dans #Articles

Repost 0

Publié le 3 Avril 2013

IMG (17) - Copie - Copie

 

 

C'était samedi dans une librairie de la ville voisine. L'article est paru lundi.

Mon éditeur était à mes côtés, c'est bien de ne pas se sentir seul(e). Ce qui arrive souvent quand on s'auto-édite.

 

J'ai beaucoup de projets (du bénévolat ou des expos) en ce moment et je ne peux passer trop de temps devant l'écran. Je m'en excuse auprès de mes amis blogeurs... mais je reviendrai plus régulièrement dès que possible.

 

Le lien vers le site des Penchants du roseau où l'éditeur parle de cette journée :

 

http://billets.domec.net/post/2013/04/03/Tisane-canneberge 

 

IMG--17----Copie---Copie.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par Carmen Atonati

Publié dans #Articles

Repost 0

Publié le 5 Mars 2013

thym2.jpg

 

 

 

Voici un entretien avec Christian Domec (éditeur des penchants du roseau)

 

 

http://billets.domec.net/post/2013/03/03/La-po%C3%A9sie%C2%A0est-venue-seule-%3A-entretien-avec-Carmen-Pennarun

Voir les commentaires

Rédigé par Carmen Atonati

Publié dans #Articles

Repost 0

Publié le 1 Février 2013

 

 

 

vignette couverture tisane de thym au jardin dhiver 100

 

 

Un article de Yasmina Teterel :

 

Tisane de thym au jardin d'hiver de Carmen Pennarun


L’hiver n’est pas dénuement. Lui aussi a son jardin et Carmen nous y invite, là, à nous asseoir sur le petit banc de bois et déguster une tisane de thym. C’est connu, le thym a mille et une vertus et son parfum est soleil. L’hiver a son été.
La Poésie de Carmen Pennarun est Nature et au fil des poèmes offerts dans ce recueil, le Verbe a la couleur du ciel, prend corps dans le feuillage des arbres, stridule ou pleure. L'auteur dessine et sculpte également et façonne sa Poésie comme se façonne l'argile, avec doigté et précision.
Ici, il n’est pas question de tuer la peine, cet hiver du cœur, parce que le malheur aime qu’on l’embrasse/aime qu’on l’accepte. Ici on laisse la plaie ouverte aux promesses à venir.
Chaque regard posé sur ce qui l’entoure est un baume pour le cœur du poète et chaque geste est apprentissage à trouver sa place dans le monde et non le moyen de faire son monde : Non mais, je vous assure/tondre un crapaud/est d’une maladresse !
L’orgueil ne peut être source de sérénité. Celle-ci est le fruit d’une communion. La Nature a aussi ses peines et ses joies. Il suffit de regarder et de voir tout ce qui se vit s’abandonne en simple/dans l’indicible érection de joie.
Dans une langue sensible, tendre et d’une pudeur touchante, Carmen Pennarun nous livre sa Poésie de vie et d’âme et à la lecture de ce superbe recueil nous en sortons apaisés et rassurés.

Voir les commentaires

Rédigé par Carmen Atonati

Publié dans #Articles

Repost 0

Publié le 9 Décembre 2012

Sortira prochainement ce recueil de poésie

 

 

    Le texte de quatrième de couverture peut être vu ici :

 

http://nouveautes-editeurs.bnf.fr/annonces.html?id_declaration=10000000087672

 

 

vignette_couverture_tisane_de_thym_au_jardin_dhiver_100.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par Carmen Atonati

Publié dans #Articles

Repost 0

Publié le 3 Décembre 2012

Le thym je l'adore !

 

Bientôt je vous le proposerai. Non, pas en tisane à boire... je ne vous le proposerai pas non plus  pour aromatiser un plat, mais  je vous le servirai en poésie, si vous le voulez bien.

 

Tisane de thym au jardin d'hiver est en effet le titre que j'ai choisi pour mon futur recueil de poèmes.

 

Le livre devrait sortir en décembre, ou au plus tard  en janvier, chez les Penchants du roseau.

 

Alors, pour fêter cette annonce, je vous envoie un coeur composé de diverses variétés de thym.

 

 

 

14205936-coeur-faite-de-differentes-varietes-de-thym.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par Carmen Atonati

Publié dans #Articles

Repost 0