Noir au rose

Publié le 11 Juin 2017

 

Rien de ce qui se traverse

ne doit laisser d’empreinte

offrons au coeur des choses

un collier de légèreté

accordons aux bulles d’instants

l’évanouissement dans l’azur

matinal — main tenant(e).


 

Si les oiseaux ne suivent plus

le tempo circulaire

ne laissons pas l’attente

garder l’horloge déréglée

inversons l’inclinaison

de ce monde en déraison


 

Ne suffit-il pas de papiller

au niveau du non-réel

pour que rigolent les mots

revenus de Terre soumise ?


 

.

Carmen P.

 

Photo : Sarah Rose Smiley

Rédigé par Carmen Atonati

Publié dans #poésie

Repost 0
Commenter cet article

rivage 13/06/2017 00:40

Le cœur se libère ,dans cet espace infini,ces bulles d'instants,alors d'un fardeau coloré du noir des jours sans, pour offrir aux autres,au delà des mots,au delà du visible,ce pur joyau en rose qu'est la force d'amour en lui..et son immense espérance..

Carmen Atonati 03/07/2017 14:39

Oui, rivagdazur. On me dit parfois que je n'ai pas conscience de la dure réalité de la vie... si, je la connais, mais j'affirme que malgré les circonstances, dures comme pierre, on doit trouver une veine où faire couler la lumière. (il faut prendre beaucoup de précautions parfois, car la pierre est fragile)